[fiche] Les tenues d’Ivy Ling

La poupée Ivy Ling possède une collection très limitée par rapport aux autres poupées : un seul set d’accessoires et seulement deux tenues en dehors de sa tenue de présentation.

Les tenues d’Ivy Ling ©American Girl
Ivy’s Meet Outfit ©American Girl

La tenue de présentation d’Ivy (Ivy’s Meet Outfit) :

Cette tenue se compose d’un sous-pull à col roulé en jersey à imprimé coloré et d’un pantalon en sergé de coton vert bouteille.

Elle est complétée par une paire de bottes en cuir clair décorées de surpiqûres, et une petite culotte jaune ornée d’un arc en ciel sur l’avant.

Cette tenue, représentative de la mode enfantine des années 1970 est la tenue de tous les jours d’Ivy. Elle évoque son éducation américaine.

Cette tenue était vendue avec la poupée et ne pouvait pas être achetée seule.

©American Girl France

La tenue de fête d’Ivy (Ivy’s New Year Outfit) :

Cette tenue se compose d’une robe d’inspiration chinoise, en satin rouge à broderies dorées.

Elle est complétée par une paire de babies Charles IX en velours noir et une barrette ornée de fleurs.

Il s’agit d’une tenue de fête., portée par Ivy à l’occasion du nouvel an lunaire. Elle évoque les origines chinoises du personnage.

Infos : Ivy’s New Year Outfit – 2007-2014 – 28$.

Ivy’s Rainbow Romper ©American Girl

Le combishort arc en ciel d’Ivy (Ivy’s Rainbow Romper) :

Cette tenue se compose d’un combishort sans manche, en éponge blanche à détails rouges et arc en ciel.

Elle est complétée par une paire de tongs oranges et un bandana rouge à nouer dans les cheveux d’Ivy.

Cette tenue de détente est parfait pour les chaudes journées d’été en Californie.

Infos : Ivy’s Rainbow Romper – 2012-2014 – 28$.
Rendez-vous sur Hellocoton !

[fiche] Ivy Ling – 1974

Née dans une famille d’origine chinoise, Ivy est la meilleure amie de Julie Albright. Gymnaste accomplie, elle souhaite que sa famille soit fière d’elle mais a parfois du mal à trouver son identité entre traditions chinoise et éducation américaine.

Ivy Ling – 1974 – portrait ©American Girl

Nom : Ivy Ling.

Commercialisation : 2007-2014.

Prix : 110$.

Moule de tête : Jess.

Yeux : marrons.

Cheveux : noirs, raides, coupés au carré avec une frange et séparés par une raie médiane.

Teint : clair.

Tenue de présentation : un sous-pull à col roulé en jersey à imprimé coloré, un pantalon en sergé de coton vert bouteille, une paire de bottes en cuir clair, et une petite culotte jaune ornée d’un arc en ciel sur l’avant.

Ivy a les oreilles percées et est vendue avec une paire de clous dorés.

Ivy Ling – 1974 ©American Girl

La poupée était également accompagnée du livre Good Luck Ivy.

Accessoires :  un béret de laine couleur framboise, un sac à main customisé cousu dans un jean et orné de divers appliqués : chutes de tissu, arc en ciel, fleur…, une réplique de pièce de monnaie chinoise et une paire de pendants d’oreille dorés à clipser sur les clous portés par la poupée. Le lot était vendu 24$.

Ivy Ling – 1974 – accessoires ©American Girl

Les autres « personnages historiques » : Kaya, ElizabethCarolineJosefina, Cécile & Marie-Grace, Kirsten, Addy, Samantha NellieRebecca, Kit & RuthieMolly, EmilyMaryellen, Melody, Julie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] A thief in the Theater

A Thief in the Theater – Sarah Masters Buckey

Titre original : A Thief in the Theater.

Titre français :

Auteur : Sarah Masters Buckey.

Editeur : American Girl Publishing.

Publication originale : 1er mars 2008.

Pages : 179.

Prix : épuisé (6,95$).

Présentation : Kit a bien l’intention de profiter de ses vacances d’été pour écrire un article sur une pièce de théâtre qui se jouera dans quelques jours. Le directeur de la troupe lui en donne l’autorisation à la seule condition qu’avec son ami Stirling, ils participent aux préparatifs de la pièce. Entre deux coups de pinceau, Kit découvre donc le monde du théâtre, mais très vite les incidents, de plus en plus graves, s’enchaînent. Malédiction ou malveillance humaine ? Ce sera à Kit et Stirling de le découvrir.

Là encore, plusieurs mois se sont écoulés depuis ma lecture et mes souvenirs quant à ce texte ne sont plus très précis. Je peux tout de même affirmer que j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman qui m’a rappelé bon nombre de lectures de mon enfance.

Je pense avoir déjà eu l’occasion de vous le dire mais de tous temps, j’ai toujours adoré les romans à énigmes et autres récits d’enquête. Les aventures du Club des Cinq, du Clan des Sept, de Fantômette et un peu plus tardivement celles de Sherlock Holmes ou encore plus récemment de Sharko et Hennebelle ont fait et font toujours partie de mes lectures favorites.

De ce fait, j’étais très enthousiaste et curieuse en découvrant que de nombreux romans à mystères ont été écrits autour des personnages historiques de la marque American Girl. Après lecture de ce premier volume, je suis encore plus impatiente de découvrir les autres titres car j’ai passé un très bon moment en sa compagnie.

Quelques rebondissements sont assez prévisibles mais l’histoire est bien rythmée et réserve quelques surprises. En tous cas, c’est une enquête que j’ai trouvée globalement agréable à suivre. Elle rappelle par certains côtés celle du film Kit Kittredge, journaliste en herbe mais s’en détache suffisamment pour rester intéressante.

Ce qui fait surtout la qualité de ce roman, à mon sens, c’est son contexte richement travaillé. Comme dans tous les romans American Girl historiques, on découvre une époque, un lieu et le mode de vie qui y est rattaché mais en plus ici, l’auteure nous offre une véritable plongée dans le monde du théâtre côté coulisses. Répétitions, préparation des décors, gestion financière et humaine… tous ces aspects sont explorés plus ou moins longuement et cela donne du corps et du réalisme au récit.

J’ai vraiment adoré cet aspect du roman et une fois de plus, la découverte se poursuit dans un mini dossier documentaire situé en fin d’ouvrage.

Bref, si l’enquête est simplement divertissante, l’atmosphère de ce roman, elle, m’a totalement conquise. J’ai hâte de découvrir les autres récits de cette collection !

NB : ce roman est un peu plus épais que ceux que j’ai pu présenter jusqu’à présent. A réserver donc aux lecteurs déjà à l’aise avec la langue anglaise.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[fiche] Ruthie Smithens – 1934

Fille d’un riche banquier, Ruthie est la meilleure amie de Kit Kittredge. Elle aime les contes de fées, les princesses et les stars de cinéma. Elle aide Kit dans la rédaction de son journal.

Ruthie Smithens – 1934 – portrait ©American Girl

Nom : Ruthie Smithens.

Commercialisation : 2008-2014.

Prix : 90$.

Moule de tête : classique.

Yeux : gris.

Cheveux : bruns à reflets acajou, bouclés, mi-longs, séparés par une raie latérale.

Teint : clair.

Tenue de présentation : une robe à imprimé floral blanc et violet sur fond mauve, à col claudine et manches ballon, boutonnée sur le côté gauche, une paire de socquettes bleu pâle, une paire de babies Charles IX noires, un bandeau à cheveux violet, orné d’un noeud sur le côté, et une petite culotte blanche bouffante.

La poupée était également accompagnée du livre Really Truly Ruthie.

Ruthie Smithens ©American Girl

Accessoires : une montre-bracelet, deux barrettes à cheveux mauves, un sac à main noir à fermoir argenté, un mouchoir imprimé à motifs floraux violets. Le lot était vendu 24$.

Les autres « personnages historiques » : Kaya, ElizabethCarolineJosefina, Cécile & Marie-Grace, Kirsten, Addy, Samantha NellieRebecca, KitMolly, EmilyMaryellen, Melody, Julie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] The American Girl Short Stories – set 1

the-american-girl-short-stories

Titre original : The American Girl Short Stories.

Titre français :

Auteurs : Valerie Tripp, Janet Shaw, Connie Porter.

Editeur : Pleasant Company Publications.

Publication originale : décembre 1998.

Format : six mini-livres dans un coffret cartonné.

Prix : épuisé.

Présentation : (Re)découvrez les personnages historiques emblématiques de la marque American Girl au travers de ces six nouvelles : Felicity’s New Sister, A Reward for Josefina, Kirsten on the Trail, High Hopes for Addy, Samantha’s Winter Party, Molly Takes Flight.

slide3-021215

J’ai acheté et lu ce coffret de petits livres à l’automne dernier mais à l’époque, je n’ai pas pris le temps de chroniquer ces histoires ici. Voici venu le temps de le faire avec un peu plus de recul mais aussi des souvenirs forcément un peu émoussés.

Quelques remarques générales, tout d’abord. Même si toutes les histoires n’ont pas soulevé le même enthousiasme en moi, ce coffret est très sympathique pour faire la connaissance des six premiers personnages historiques créés par American Girl. En quelques pages, on a un bon aperçu du caractère de chaque personnage, du milieu et de l’époque dans lequel il évolue.

Ensuite, comme j’ai déjà pu l’évoquer sur ce blog, plus que les récits en eux-même, j’ai surtout apprécié le petit supplément historique glissé à la fin de chaque livre. A travers un très court texte et des illustrations d’époque, on en apprend un peu plus sur l’histoire américaine et c’est une caractéristique des livres « American Girl que j’adore. Ici, on a droit en plus à une idée de bricolage ou bien une recette à tester, inspirés par les occupations des enfants de l’époque décrite.

Enfin, ce coffret est un très bel objet à collectionner. Les histoires sont richement illustrées et chaque livre est relié sous une solide couverture également illustrée. Le tout prend place dans un étui de carton aux diverses faces très soignées. Bref, c’est un set très joli à exposer dans sa bibliothèque.

Pour en venir maintenant aux histoires contenues dans ce set, j’ai beaucoup aimé le premier texte : Felicity’s New Sister (La nouvelle sœur de Felicity), parce que si au début du récit Felicity a ce côté un peu intrépide et égoïste que je lui reproche souvent, elle fait preuve de courage et de bon sens par la suite. Et puis c’est un texte bien équilibré, avec juste ce qu’il faut de tension dramatique pour accrocher le jeune lecteur ou la jeune lectrice.

Dans A Reward for Josefina (Une récompense pour Josefina), j’ai réellement fait la connaissance du personnage car je n’avais encore rien lu à son sujet. C’est une petite histoire pleine d’humour et de morale, mais côté intrigue, il ne se passe pas grand chose. Cela reste un petit texte divertissant et j’ai aimé faire la connaissance de la famille Montoya.

Avec Kirsten On the Trail (Kirsten sur la piste), c’est la vie des pionniers que l’on découvre, leur cohabitation avec les populations autochtones, les préjugés qui peuvent exister de chaque côté… Il s’agit, d’une de mes histoires préférées du coffret parce que si Kirsten est désobéissante, elle n’en devient pas moins sympathique à mes yeux. J’ai beaucoup aimé son amitié avec Singing Bird, et là encore, le texte contient la juste dose de tension dramatique.

J’ai aussi beaucoup aimé High Hopes for Addy (De grands espoirs pour Addy) parce que le personnage a immédiatement éveillé ma sympathie. Cette petite histoire est bourrée de morale et vise à apprendre aux aînés à se montrer patients avec leurs « insupportables » cadets, mais ce qui m’a plu c’est que les réactions d’Addy m’ont semblé très crédibles. Certes, sa petite sœur ne fait pas exprès d’abîmer ses affaires, comme lui expliquent ses parents, mais il n’empêche que l’agacement d’Addy est naturel et jamais démesuré. Et puis, c’est une thématique intemporelle. Il y a également une seconde intrigue, plus ancrée dans l’époque historique à laquelle vivent les personnages, un peu rapidement traitée vu le format mais malgré tout captivante. C’est vraiment mon histoire favorite de tout le coffret.

Après cela, Samantha’s Winter Party (La fête d’hiver de Samantha) a eu un petit peu de mal à m’enthousiasmer. Pourtant le personnage de Samantha est plaisant et celui de Nellie, touchant mais je n’ai pas été conquise par l’intrigue que j’ai trouvé un peu creuse. C’est dommage et je relirai sans doute ce texte à l’occasion pour voir s’il me plaît d’avantage.

Enfin, à l’époque, je me souviens ne pas avoir aimé Molly Takes Flight (Molly prend son envol) parce que j’avais trouvé la fillette capricieuse et agaçante. Après avoir vu le film et avoir ainsi acquis une meilleure connaissance du personnage et de son évolution, je me dis que j’aurais peut-être une opinion différente sur ce texte en le relisant aujourd’hui. En revanche, le petit dossier historique en fin d’ouvrage est l’un de mes favoris.

Bref, un coffret que je suis ravie d’avoir ajouté à ma collection même si certaines nouvelles ne m’ont pas vraiment emballée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[fiche] Caroline Abbott – 1812

Caroline Abbott – 1812 ©American Girl

Le plus grand rêve de Caroline est de devenir capitaine de navire, comme son père. Douce et intelligente, elle ne manque jamais de courage lorsqu’il s’agit d’aider les autres.

Caroline Abbott – 1812- portrait ©American Girl

Nom : Caroline Abbott.

Commercialisation : 2012-2015.

Prix : 105$.

Moule de tête : classique.

Yeux : vert d’eau.

Cheveux : longs, blonds, bouclés, séparés par une raie médiane.

Teint : clair.

Tenue de présentation : la tenue de la poupée Caroline Abbott n’a connu aucun changement majeur lors du lancement de la gamme BeForever. Elle se compose d’une robe « empire » rose pale ornée d’un ruban fleuri à la taille, de plis religieuse dans le bas et de détails rose vif autour des manches et du col, un pantalon blanc bordé de dentelle, une paire de chaussettes blanches, et une paire de ballerines rose pale.

La poupée était également accompagnée du livre Meet Caroline jusqu’en 2014, puis du livre Captain of the Ship jusqu’en 2015.

Caroline Abbott – tenues de présentation : 2012-2014 et 2014-2015 ©American Girl

Accessoires : un bonnet de paille orné d’un large ruban de taffetas rayé (rose, blanc et vert) et de trois fleurs roses sur le côté, un réticule rayé (rose, vert, marine et beige) et une toupie en bois ornée d’une bande bleue. Le lot était vendu 24$.

La page officielle consacrée à Caroline Abbott

Les autres « personnages historiques » : Kaya, Josefina, Cécile & Marie-Grace, Kirsten, Addy, Samantha NellieRebecca, KitMolly, EmilyMaryellen, Melody, Julie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] And the Tiara Goes To… – 2015

Julie Albright – 1974 ©American Girl
And the Tiara Goes To…

Titre original : And the Tiara Goes To...

Titre français : 

Date de sortie : 12 novembre 2015.

Durée : 14 minutes.

Réalisateur : Melissa Hoppe.

Scénariste : Lisa Kohn.

Distribution : Jolie Ledford (Julie Albright), Karen Ide (la mère de Julie), Matt deNoto (le coach sportif), Keely Aloña (Tracy), Jim Jepson (le père de Julie), Grace Liu (Ivy), Mia Moore (Alison), Caydence Joy (Amanda), Masha Malinina (Angie), Jordan Butler (Jenny), Raleigh Gremillion (LeeRan), Natalie Bright (Krista), Noelle et Grace Hardy (les jumelles), Mason Hafer (TJ), Lev Cameron (un basketteur), Antony Edwards Jr. (un basketteur), Blake Hendricks (un basketteur), Michael Hill (un basketteur), Kai Johnson (un basketteur), Eric Laguna (un basketteur), Sean Laguna (un basketteur), Perry Norman (un basketteur), Ife Orekoya (un basketteur), Ashley Chen (une élève), Michela Crayton (une élève), Rimea Kasprzak (une élève), Savannah Liles (une élève), Dylan Brabant (un basketteur), Taeho de Vitton (un basketteur), Gene Minero (un basketteur), Claudia Zielke (une institutrice), Calista Bess (une élève), Patrick Breen (un parent d’élève), Leilani Brosnan (une élève), Sandra Brosnan (un parent d’élève), Berlin Gremillion (la soeur de LeeRan), Shelly Gremillion (la mère de LeeRan), Cherish Kim (une soeur de Jenny), Courage Kim (le frère de Jenny), Destiny Kim (une soeur de Jenny), Faith Kim (une soeur de Jenny), Kate Kim (la mère de Jenny), Craig Marvin (un parent d’élève), Kate Tomlinson (la soeur d’Amanda), Ruth Ann Tomlinson (la mère d’Amanda), Janelle Wolfe (la soeur d’Alison), Samuel Wolfe (le frère d’Alison), Maxine Wolfe (la mère d’Alison), Haylie Nowell (doublure Julie).

Synopsis : Fillette des années 1970, Julie est la seule fille de l’équipe de basket de son école. Fan de ce sport, elle décide de faire une démonstration de son talent à l’occasion du concours de beauté organisé par son école. Face aux moqueries de ses camarades, elle envisage finalement de chanter, activité plus conventionnelle pour une fillette de son âge. Sa famille saura-t-elle la convaincre de rester elle-même et de se montrer telle qu’elle est vraiment à l’occasion du concours ?

Je vous propose donc aujourd’hui de découvrir le second court-métrage mis en ligne par la marque American Girl sur sa chaîne Youtube en 2015. Même si elle n’est pas très développée, j’ai beaucoup aimé cette petite histoire mettant en scène Julie Albright et comme hier, on se retrouve sous la vidéo pour mon avis détaillé.

Tout comme le film présenté hier, ce court-métrage a pour but de présenter brièvement un personnage tout en inculquant une petite leçon de morale américaine. Ainsi, à travers le personnage de Julie et ses hésitations, le film s’adresse directement aux fillettes et adolescentes pour leur rappeler qu’elles ne doivent jamais avoir honte de ce qu’elles sont ou ce qu’elles aiment.

Une reine de beauté n’est pas nécessairement superficielle et on peut tout à la fois être coquette et pratiquer un sport traditionnellement réservé aux garçons. De même, on peut être une fillette et avoir d’autres projets que de devenir danseuse, vétérinaire ou mère au foyer.

Le message ou plutôt la manière dont il est véhiculé n’est pas très subtile mais cela reste un court-métrage sympathique car le personnage de Julie est attachant. Je trouve d’ailleurs dommage que la marque se soit contentée d’un court-métrage pour ce personnage.

Les années 1970 sont une époque très riche en phénomènes sociétaux et en étoffant un peu l’histoire de Julie, il y avait largement eu de quoi nous proposer un film de 90 minutes. Le message transmis aurait été d’autant plus percutant qu’il aurait pu être amené de façon plus subtile, distillé tout au long du film. Et puis, sur le plan esthétique, les années 1970 sont une véritable explosion de motifs et de couleurs. Cela aurait pu donner quelque chose de très, très chouette. Dommage…

En revanche, un détail qui m’a beaucoup plu, c’est le fait que SPOILER Julie ne remporte pas le concours de beauté. Dans la vraie vie, même avec la meilleure volonté du monde, on ne finit pas toujours premier et ça n’est pas grave. Une deuxième place est déjà une victoire en soi et c’est la vie tout simplement. C’est une petite leçon de sagesse qui me semble importante dans notre époque où une compétitivité exacerbée règne sur les cours de récréation et cela rend le film un tout petit peu plus réaliste.

Bref, une historiette sympathique mais qui, tout comme le précédent, aurait gagné en profondeur dans un format plus long.

La page officielle consacrée à Julie Albright

Les autres courts-métrages : Maryellen

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] Maryellen and the Brightest Star – 2015

Maryellen Larkin – 1954 ©American Girl
Maryellen and the Brightest Star

Titre original : Maryellen and the Brightest Star.

Titre français : 

Date de sortie : 5 novembre 2015.

Durée : 16 minutes.

Réalisateur : Maya Rudolph.

Scénariste : Maya Rudolph.

Distribution : Harlie Galloway (Maryellen Larkin), Ashton Smiley (Carolyn Larkin), Jordan Alvera (Davy), Francesco Galante (Wayne), David Lansky (Jimmy), Rosa Pasquarella (Mrs. Humphrey), Patrick M.J. Finerty (le Principal Carey), Tyrone van Tatenhove (Dr. Teller), Kaysen Steele (Tom Larkin), Valentina Gordon (Beverly Larkin), Camille Briggs (une élève), Jeannine Briggs (une élève), Eduardo Castillo (un élève), Azalea Carey (une élève), Kennedy Fuselier (une élève), Baylie Hileman (une élève), Michael Hill (un élève), Jo’ell Jackson (un élève), Nya-Jolie Walters (une élève), Malia Lehua(une élève), Lucca Monti (un élève), Kristian Ramirez (un élève).

Synopsis : Passionnée d’astronomie, la jeune Maryellen passe ses soirées à admirer les étoiles. Un soir, elle en découvre une beaucoup plus grosse et brillante que les autres, qu’elle n’a encore jamais vue. Lorsque son institutrice lui apprend que l’auteur de la meilleure rédaction sur le thème des merveilles de l’espace pourra interviewer un véritble astronome, Maryellen s’imagine déjà obtenir la première place. Mais entre un devoir hors-sujet et les remarques sexistes de ses camarades de classe, Maryellen parviendra-t-elle à réaliser son rêve ?

slide3-021215

Fin 2015, la marque American Girl a mis en ligne sur sa chaîne Youtube deux courts-métrages mettant en scène des personnages de la gamme BeForever. Je n’ai pas beaucoup d’informations sur ces films et je me pose quelques questions à leur sujet : pourquoi avoir consacré des courts-métrages à deux personnages uniquement ? Pourquoi ne pas leur avoir consacré de long-métrage ? D’autres films sont-ils prévus ?…

Dans tous les cas, le court-métrage que je vous présente aujourd’hui est consacré à Maryellen Larkin, fillette des années 1950. Il m’a plutôt bien plu et je vous laisse le découvrir par vous-même avant de vous en dire plus. Rendez-vous sous la vidéo pour mon avis détaillé.

Même si je ne partage pas nécessairement ses centres d’intérêt, j’ai trouvé Maryellen absolument craquante. Elle est vive et ambitieuse sans pour autant virer à la peste sûre d’elle et insupportable. C’est vraiment un personnage attachant dont on a envie de voir les projets aboutir.

Et des projets, Maryellen n’en manque pas ! La fillette rêve de devenir la première femme à voler dans l’espace. Malheureusement, la société américaine des années 1950 (mais ça n’était pas bien différent en France) est encore incoyablement sexiste et l’idée d’une femme astronaute semble ridicule aux yeux des camarades de classe de Maryellen.

A l’époque de Maryellen, on attend d’une petite fille qu’elle se prépare à devenir mère au foyer, éventuellement institutrice si elle tient absolument à travailler en attendant d’avoir des enfants. Maryellen va donc devoir se battre contre les clichés de son époque et c’est un thème passionnant qui aurait largement mérité d’être développé dans un film beaucoup plus long, à mon sens.

A travers ce film, la marque American Girl veut encourager les fillettes et les adolescentes d’aujourd’hui à croire en leurs rêves et à se battre pour les réaliser car même si l’époque à changé, elles rencontrent encore parfois les mêmes obsatcles. Le message n’est pas forcément transmis de façon très subtile mais je pense que le personnage d’Astro Girl peut malgré tout marquer et inspirer les plus jeunes et c’est tout ce qui compte.

J’ai aussi beaucoup apprécié le personnage de l’institutrice. Elle encourage Maryellen à réaliser ses rêves et se montre ferme mais juste dans sa relation avec ses élèves. C’est un personnage qui aurait vraiment pu gagner en importance et profondeur dans un long-métrage.

Bref, un petit film très chouette mais qui aurait gagné à être un peu plus long. Ce mini-format a quelque chose de frustrant.

La page officielle consacrée à Maryellen

Les autres courts-métrages : Julie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[fiche] Marie-Grace Gardner – 1853

Présentation de Cécile Rey et Marie-Grace Gardner – ©American Girl

Marie-Grace est un fillette timide et peu sûre d’elle suite aux nombreux changements provoqués par le décès de sa mère et de son frère. Heureusement, elle peut compter sur l’amitié de Cécile pour reprendre peu à peu confiance en elle.

Marie-Grace – portrait ©American Girl

Nom : Marie-Grace Gardner.

Commercialisation : 2011 – 2014.

Prix : 100$.

Moule de tête : Marie-Grace.

Yeux : vert d’eau.

Cheveux : châtain clair, longs, souples. Une fine tresse est retenue par un ruban rose de chaque côté et des frisettes encadrent le visage de la poupée.

Teint : clair.

Tenue de présentation : une robe à manches courtes en madras rose, un pantalon bordé de dentelle, une paire de bas blancs, et une paire de bottes à boutons noires et blanches.

Elle était également accompagnée du premier volume de ses aventures : Meet Marie-Grace. Ce livre pouvait également être acheté seul pour 6,95$ l’unité.

Accessoires : un chapeau blanc orné d’un ruban de satin rose, un pendentif en forme de coeur au bout d’une chaîne, et un éventail. L’ensemble était vendu 24$.

Les autres « personnages historiques » : Kaya, Josefina, Cécile, Kirsten, Addy, Samantha NellieRebecca, KitMolly, EmilyMaryellen, Melody, Julie.
Rendez-vous sur Hellocoton !

[butin] malle de voyage et tenues pour Samantha

Hier, je suis allée à un festival de la poupée dans le Sud de la France. L’ambiance y était très sympathique même si au niveau du soin apporté aux stands on était très loin des bourses de collectionneurs parisiennes de mon enfance.

Nous étions surtout venues chercher des poupées Clodrey. Quelle ne fut donc pas ma surprise, quand au détour d’une allée, j’ai aperçu une malle de voyage et des vêtements évoquant définitivement les poupées American Girl !

Photo temporaire ©American Girl France
Photo temporaire ©American Girl France

A trois reprises, j’ai observé l’objet sous toutes ses coutures avant de craquer. Il faut dire que le prix, quoique fort raisonnable, restait assez élevé. J’ai fini par craquer en sachant très bien que je ne retrouverai jamais une telle opportunité.

La photo n’est pas terrible car je n’avais pas mon appareil sous la main, mais vous pouvez malgré tout reconnaître la malle de voyage de Samantha (Samantha’s Trunk) avec son miroir, ainsi que trois tenues aujourd’hui archivées : sa première robe de présentation avec son chapeau et sa broche, sa tenue de jeu (Play Dress and Pinafore), et la robe de sa tenue d’anniversaire (Pinafore Dress).

Ces diverses tenues ne sont pas complètes mais les éléments présents sont en excellent état et surtout, le tout est griffé « Pleasant Company ». Plus extraordinaire encore, la robe porte la mention « made in West Germany » ! Elle appartenait donc à l’une des toutes premières poupées, fabriquées par Götz en 1986 !

J’ai littéralement mis la main sur ce qui est un véritable petit trésor à mes yeux et j’ai hâte de pouvoir vous présenter de meilleures photos. En attendant, un léger nettoyage / désodorisage de l’ensemble s’impose.

Je suis ravie, ravie, ravie de cette trouvaille assez exceptionnelle à laquelle je ne m’attendais pas du tout quelques minutes avant, surtout pour le prix demandé.

Du coup, c’est décidé, ma future Samantha sera un modèle original de 1986. Je préfère attendre un peu plus et faire honneur à ces tenues et accessoires.

Rendez-vous sur Hellocoton !