[review] A thief in the Theater

A Thief in the Theater – Sarah Masters Buckey

Titre original : A Thief in the Theater.

Titre français :

Auteur : Sarah Masters Buckey.

Editeur : American Girl Publishing.

Publication originale : 1er mars 2008.

Pages : 179.

Prix : épuisé (6,95$).

Présentation : Kit a bien l’intention de profiter de ses vacances d’été pour écrire un article sur une pièce de théâtre qui se jouera dans quelques jours. Le directeur de la troupe lui en donne l’autorisation à la seule condition qu’avec son ami Stirling, ils participent aux préparatifs de la pièce. Entre deux coups de pinceau, Kit découvre donc le monde du théâtre, mais très vite les incidents, de plus en plus graves, s’enchaînent. Malédiction ou malveillance humaine ? Ce sera à Kit et Stirling de le découvrir.

Là encore, plusieurs mois se sont écoulés depuis ma lecture et mes souvenirs quant à ce texte ne sont plus très précis. Je peux tout de même affirmer que j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman qui m’a rappelé bon nombre de lectures de mon enfance.

Je pense avoir déjà eu l’occasion de vous le dire mais de tous temps, j’ai toujours adoré les romans à énigmes et autres récits d’enquête. Les aventures du Club des Cinq, du Clan des Sept, de Fantômette et un peu plus tardivement celles de Sherlock Holmes ou encore plus récemment de Sharko et Hennebelle ont fait et font toujours partie de mes lectures favorites.

De ce fait, j’étais très enthousiaste et curieuse en découvrant que de nombreux romans à mystères ont été écrits autour des personnages historiques de la marque American Girl. Après lecture de ce premier volume, je suis encore plus impatiente de découvrir les autres titres car j’ai passé un très bon moment en sa compagnie.

Quelques rebondissements sont assez prévisibles mais l’histoire est bien rythmée et réserve quelques surprises. En tous cas, c’est une enquête que j’ai trouvée globalement agréable à suivre. Elle rappelle par certains côtés celle du film Kit Kittredge, journaliste en herbe mais s’en détache suffisamment pour rester intéressante.

Ce qui fait surtout la qualité de ce roman, à mon sens, c’est son contexte richement travaillé. Comme dans tous les romans American Girl historiques, on découvre une époque, un lieu et le mode de vie qui y est rattaché mais en plus ici, l’auteure nous offre une véritable plongée dans le monde du théâtre côté coulisses. Répétitions, préparation des décors, gestion financière et humaine… tous ces aspects sont explorés plus ou moins longuement et cela donne du corps et du réalisme au récit.

J’ai vraiment adoré cet aspect du roman et une fois de plus, la découverte se poursuit dans un mini dossier documentaire situé en fin d’ouvrage.

Bref, si l’enquête est simplement divertissante, l’atmosphère de ce roman, elle, m’a totalement conquise. J’ai hâte de découvrir les autres récits de cette collection !

NB : ce roman est un peu plus épais que ceux que j’ai pu présenter jusqu’à présent. A réserver donc aux lecteurs déjà à l’aise avec la langue anglaise.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] The American Girl Short Stories – set 1

the-american-girl-short-stories

Titre original : The American Girl Short Stories.

Titre français :

Auteurs : Valerie Tripp, Janet Shaw, Connie Porter.

Editeur : Pleasant Company Publications.

Publication originale : décembre 1998.

Format : six mini-livres dans un coffret cartonné.

Prix : épuisé.

Présentation : (Re)découvrez les personnages historiques emblématiques de la marque American Girl au travers de ces six nouvelles : Felicity’s New Sister, A Reward for Josefina, Kirsten on the Trail, High Hopes for Addy, Samantha’s Winter Party, Molly Takes Flight.

slide3-021215

J’ai acheté et lu ce coffret de petits livres à l’automne dernier mais à l’époque, je n’ai pas pris le temps de chroniquer ces histoires ici. Voici venu le temps de le faire avec un peu plus de recul mais aussi des souvenirs forcément un peu émoussés.

Quelques remarques générales, tout d’abord. Même si toutes les histoires n’ont pas soulevé le même enthousiasme en moi, ce coffret est très sympathique pour faire la connaissance des six premiers personnages historiques créés par American Girl. En quelques pages, on a un bon aperçu du caractère de chaque personnage, du milieu et de l’époque dans lequel il évolue.

Ensuite, comme j’ai déjà pu l’évoquer sur ce blog, plus que les récits en eux-même, j’ai surtout apprécié le petit supplément historique glissé à la fin de chaque livre. A travers un très court texte et des illustrations d’époque, on en apprend un peu plus sur l’histoire américaine et c’est une caractéristique des livres « American Girl que j’adore. Ici, on a droit en plus à une idée de bricolage ou bien une recette à tester, inspirés par les occupations des enfants de l’époque décrite.

Enfin, ce coffret est un très bel objet à collectionner. Les histoires sont richement illustrées et chaque livre est relié sous une solide couverture également illustrée. Le tout prend place dans un étui de carton aux diverses faces très soignées. Bref, c’est un set très joli à exposer dans sa bibliothèque.

Pour en venir maintenant aux histoires contenues dans ce set, j’ai beaucoup aimé le premier texte : Felicity’s New Sister (La nouvelle sœur de Felicity), parce que si au début du récit Felicity a ce côté un peu intrépide et égoïste que je lui reproche souvent, elle fait preuve de courage et de bon sens par la suite. Et puis c’est un texte bien équilibré, avec juste ce qu’il faut de tension dramatique pour accrocher le jeune lecteur ou la jeune lectrice.

Dans A Reward for Josefina (Une récompense pour Josefina), j’ai réellement fait la connaissance du personnage car je n’avais encore rien lu à son sujet. C’est une petite histoire pleine d’humour et de morale, mais côté intrigue, il ne se passe pas grand chose. Cela reste un petit texte divertissant et j’ai aimé faire la connaissance de la famille Montoya.

Avec Kirsten On the Trail (Kirsten sur la piste), c’est la vie des pionniers que l’on découvre, leur cohabitation avec les populations autochtones, les préjugés qui peuvent exister de chaque côté… Il s’agit, d’une de mes histoires préférées du coffret parce que si Kirsten est désobéissante, elle n’en devient pas moins sympathique à mes yeux. J’ai beaucoup aimé son amitié avec Singing Bird, et là encore, le texte contient la juste dose de tension dramatique.

J’ai aussi beaucoup aimé High Hopes for Addy (De grands espoirs pour Addy) parce que le personnage a immédiatement éveillé ma sympathie. Cette petite histoire est bourrée de morale et vise à apprendre aux aînés à se montrer patients avec leurs « insupportables » cadets, mais ce qui m’a plu c’est que les réactions d’Addy m’ont semblé très crédibles. Certes, sa petite sœur ne fait pas exprès d’abîmer ses affaires, comme lui expliquent ses parents, mais il n’empêche que l’agacement d’Addy est naturel et jamais démesuré. Et puis, c’est une thématique intemporelle. Il y a également une seconde intrigue, plus ancrée dans l’époque historique à laquelle vivent les personnages, un peu rapidement traitée vu le format mais malgré tout captivante. C’est vraiment mon histoire favorite de tout le coffret.

Après cela, Samantha’s Winter Party (La fête d’hiver de Samantha) a eu un petit peu de mal à m’enthousiasmer. Pourtant le personnage de Samantha est plaisant et celui de Nellie, touchant mais je n’ai pas été conquise par l’intrigue que j’ai trouvé un peu creuse. C’est dommage et je relirai sans doute ce texte à l’occasion pour voir s’il me plaît d’avantage.

Enfin, à l’époque, je me souviens ne pas avoir aimé Molly Takes Flight (Molly prend son envol) parce que j’avais trouvé la fillette capricieuse et agaçante. Après avoir vu le film et avoir ainsi acquis une meilleure connaissance du personnage et de son évolution, je me dis que j’aurais peut-être une opinion différente sur ce texte en le relisant aujourd’hui. En revanche, le petit dossier historique en fin d’ouvrage est l’un de mes favoris.

Bref, un coffret que je suis ravie d’avoir ajouté à ma collection même si certaines nouvelles ne m’ont pas vraiment emballée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] And the Tiara Goes To… – 2015

Julie Albright – 1974 ©American Girl
And the Tiara Goes To…

Titre original : And the Tiara Goes To...

Titre français : 

Date de sortie : 12 novembre 2015.

Durée : 14 minutes.

Réalisateur : Melissa Hoppe.

Scénariste : Lisa Kohn.

Distribution : Jolie Ledford (Julie Albright), Karen Ide (la mère de Julie), Matt deNoto (le coach sportif), Keely Aloña (Tracy), Jim Jepson (le père de Julie), Grace Liu (Ivy), Mia Moore (Alison), Caydence Joy (Amanda), Masha Malinina (Angie), Jordan Butler (Jenny), Raleigh Gremillion (LeeRan), Natalie Bright (Krista), Noelle et Grace Hardy (les jumelles), Mason Hafer (TJ), Lev Cameron (un basketteur), Antony Edwards Jr. (un basketteur), Blake Hendricks (un basketteur), Michael Hill (un basketteur), Kai Johnson (un basketteur), Eric Laguna (un basketteur), Sean Laguna (un basketteur), Perry Norman (un basketteur), Ife Orekoya (un basketteur), Ashley Chen (une élève), Michela Crayton (une élève), Rimea Kasprzak (une élève), Savannah Liles (une élève), Dylan Brabant (un basketteur), Taeho de Vitton (un basketteur), Gene Minero (un basketteur), Claudia Zielke (une institutrice), Calista Bess (une élève), Patrick Breen (un parent d’élève), Leilani Brosnan (une élève), Sandra Brosnan (un parent d’élève), Berlin Gremillion (la soeur de LeeRan), Shelly Gremillion (la mère de LeeRan), Cherish Kim (une soeur de Jenny), Courage Kim (le frère de Jenny), Destiny Kim (une soeur de Jenny), Faith Kim (une soeur de Jenny), Kate Kim (la mère de Jenny), Craig Marvin (un parent d’élève), Kate Tomlinson (la soeur d’Amanda), Ruth Ann Tomlinson (la mère d’Amanda), Janelle Wolfe (la soeur d’Alison), Samuel Wolfe (le frère d’Alison), Maxine Wolfe (la mère d’Alison), Haylie Nowell (doublure Julie).

Synopsis : Fillette des années 1970, Julie est la seule fille de l’équipe de basket de son école. Fan de ce sport, elle décide de faire une démonstration de son talent à l’occasion du concours de beauté organisé par son école. Face aux moqueries de ses camarades, elle envisage finalement de chanter, activité plus conventionnelle pour une fillette de son âge. Sa famille saura-t-elle la convaincre de rester elle-même et de se montrer telle qu’elle est vraiment à l’occasion du concours ?

Je vous propose donc aujourd’hui de découvrir le second court-métrage mis en ligne par la marque American Girl sur sa chaîne Youtube en 2015. Même si elle n’est pas très développée, j’ai beaucoup aimé cette petite histoire mettant en scène Julie Albright et comme hier, on se retrouve sous la vidéo pour mon avis détaillé.

Tout comme le film présenté hier, ce court-métrage a pour but de présenter brièvement un personnage tout en inculquant une petite leçon de morale américaine. Ainsi, à travers le personnage de Julie et ses hésitations, le film s’adresse directement aux fillettes et adolescentes pour leur rappeler qu’elles ne doivent jamais avoir honte de ce qu’elles sont ou ce qu’elles aiment.

Une reine de beauté n’est pas nécessairement superficielle et on peut tout à la fois être coquette et pratiquer un sport traditionnellement réservé aux garçons. De même, on peut être une fillette et avoir d’autres projets que de devenir danseuse, vétérinaire ou mère au foyer.

Le message ou plutôt la manière dont il est véhiculé n’est pas très subtile mais cela reste un court-métrage sympathique car le personnage de Julie est attachant. Je trouve d’ailleurs dommage que la marque se soit contentée d’un court-métrage pour ce personnage.

Les années 1970 sont une époque très riche en phénomènes sociétaux et en étoffant un peu l’histoire de Julie, il y avait largement eu de quoi nous proposer un film de 90 minutes. Le message transmis aurait été d’autant plus percutant qu’il aurait pu être amené de façon plus subtile, distillé tout au long du film. Et puis, sur le plan esthétique, les années 1970 sont une véritable explosion de motifs et de couleurs. Cela aurait pu donner quelque chose de très, très chouette. Dommage…

En revanche, un détail qui m’a beaucoup plu, c’est le fait que SPOILER Julie ne remporte pas le concours de beauté. Dans la vraie vie, même avec la meilleure volonté du monde, on ne finit pas toujours premier et ça n’est pas grave. Une deuxième place est déjà une victoire en soi et c’est la vie tout simplement. C’est une petite leçon de sagesse qui me semble importante dans notre époque où une compétitivité exacerbée règne sur les cours de récréation et cela rend le film un tout petit peu plus réaliste.

Bref, une historiette sympathique mais qui, tout comme le précédent, aurait gagné en profondeur dans un format plus long.

La page officielle consacrée à Julie Albright

Les autres courts-métrages : Maryellen

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] Maryellen and the Brightest Star – 2015

Maryellen Larkin – 1954 ©American Girl
Maryellen and the Brightest Star

Titre original : Maryellen and the Brightest Star.

Titre français : 

Date de sortie : 5 novembre 2015.

Durée : 16 minutes.

Réalisateur : Maya Rudolph.

Scénariste : Maya Rudolph.

Distribution : Harlie Galloway (Maryellen Larkin), Ashton Smiley (Carolyn Larkin), Jordan Alvera (Davy), Francesco Galante (Wayne), David Lansky (Jimmy), Rosa Pasquarella (Mrs. Humphrey), Patrick M.J. Finerty (le Principal Carey), Tyrone van Tatenhove (Dr. Teller), Kaysen Steele (Tom Larkin), Valentina Gordon (Beverly Larkin), Camille Briggs (une élève), Jeannine Briggs (une élève), Eduardo Castillo (un élève), Azalea Carey (une élève), Kennedy Fuselier (une élève), Baylie Hileman (une élève), Michael Hill (un élève), Jo’ell Jackson (un élève), Nya-Jolie Walters (une élève), Malia Lehua(une élève), Lucca Monti (un élève), Kristian Ramirez (un élève).

Synopsis : Passionnée d’astronomie, la jeune Maryellen passe ses soirées à admirer les étoiles. Un soir, elle en découvre une beaucoup plus grosse et brillante que les autres, qu’elle n’a encore jamais vue. Lorsque son institutrice lui apprend que l’auteur de la meilleure rédaction sur le thème des merveilles de l’espace pourra interviewer un véritble astronome, Maryellen s’imagine déjà obtenir la première place. Mais entre un devoir hors-sujet et les remarques sexistes de ses camarades de classe, Maryellen parviendra-t-elle à réaliser son rêve ?

slide3-021215

Fin 2015, la marque American Girl a mis en ligne sur sa chaîne Youtube deux courts-métrages mettant en scène des personnages de la gamme BeForever. Je n’ai pas beaucoup d’informations sur ces films et je me pose quelques questions à leur sujet : pourquoi avoir consacré des courts-métrages à deux personnages uniquement ? Pourquoi ne pas leur avoir consacré de long-métrage ? D’autres films sont-ils prévus ?…

Dans tous les cas, le court-métrage que je vous présente aujourd’hui est consacré à Maryellen Larkin, fillette des années 1950. Il m’a plutôt bien plu et je vous laisse le découvrir par vous-même avant de vous en dire plus. Rendez-vous sous la vidéo pour mon avis détaillé.

Même si je ne partage pas nécessairement ses centres d’intérêt, j’ai trouvé Maryellen absolument craquante. Elle est vive et ambitieuse sans pour autant virer à la peste sûre d’elle et insupportable. C’est vraiment un personnage attachant dont on a envie de voir les projets aboutir.

Et des projets, Maryellen n’en manque pas ! La fillette rêve de devenir la première femme à voler dans l’espace. Malheureusement, la société américaine des années 1950 (mais ça n’était pas bien différent en France) est encore incoyablement sexiste et l’idée d’une femme astronaute semble ridicule aux yeux des camarades de classe de Maryellen.

A l’époque de Maryellen, on attend d’une petite fille qu’elle se prépare à devenir mère au foyer, éventuellement institutrice si elle tient absolument à travailler en attendant d’avoir des enfants. Maryellen va donc devoir se battre contre les clichés de son époque et c’est un thème passionnant qui aurait largement mérité d’être développé dans un film beaucoup plus long, à mon sens.

A travers ce film, la marque American Girl veut encourager les fillettes et les adolescentes d’aujourd’hui à croire en leurs rêves et à se battre pour les réaliser car même si l’époque à changé, elles rencontrent encore parfois les mêmes obsatcles. Le message n’est pas forcément transmis de façon très subtile mais je pense que le personnage d’Astro Girl peut malgré tout marquer et inspirer les plus jeunes et c’est tout ce qui compte.

J’ai aussi beaucoup apprécié le personnage de l’institutrice. Elle encourage Maryellen à réaliser ses rêves et se montre ferme mais juste dans sa relation avec ses élèves. C’est un personnage qui aurait vraiment pu gagner en importance et profondeur dans un long-métrage.

Bref, un petit film très chouette mais qui aurait gagné à être un peu plus long. Ce mini-format a quelque chose de frustrant.

La page officielle consacrée à Maryellen

Les autres courts-métrages : Julie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[info] Nouveautés American Girl en librairies – février 2017

Ce mois-ci, DK Publishing publie deux nouveaux ouvrages sous license American Girl : un beau livre et un cahier d’autocollants. Ils sont tous deux disponibles à peu près partout dans le monde. Vous pouvez demander à votre libraire de vous les commander ou bien les acheter en ligne.

American Girl : the Stry of America ©American Girl et DK Publishing
American Girl : the Story of America ©American Girl et DK Publishing

Le premier s’appelle American Girl : The Story of America. Comme son titre l’indique, il s’agit d’un livre présentant l’histoire américaine, à travers les poupées American Girl de la gamme « BeForever », leurs aventures, leur vie quotidienne.

J’aime beaucoup l’idée de ce livre car elle est fidèle à l’esprit de la marque, telle que l’avait imaginée Pleasant Rowland en commercialisant ses premières poupées en 1986. De plus, l’ouvrage regorge de photos des poupées mises en scène.

Cependant, le contenu m’a l’air très léger et consiste plus en une série de dates-clés et d’anecdotes qu’en un véritable manuel d’histoire américaine.

C’est malgré tout un ouvrage que je pense me procurer pour ma collection car sa réalisation a l’air soignée.

Infos : American Girl : The Story of America, édité chez DK Publishing. Hardback. Sorti le 7 février 2017. 64 pages. ISBN : 9781465456892. Prix : 12,99$. Acheter en ligne.

American Girl Dress Up ©American Girl et DK Publishing
American Girl Dress Up ©American Girl et DK Publishing

Le second s’apelle American Girl Dress Up. Il contient plus de 1 000 autocollants à utiliser pour décorer les pages mettant en scènes les poupées dans leurs plus belles tenues, avec leurs accessoires et animaux de compagnie.

On y trouve des poupées « Vraiment moi », des poupées « BeForever » et des poupées « Fille de l’année », avec notamment Gabriela McBride.

Une activité sympathique pour occuper les plus jeunes pendant une après-midi pluvieuse.

Infos : American Girl Dress Up, édité chez DK Publishing. Paperback. Sorti le 7 février 2017. 96 pages. ISBN : 9781465456908. Prix : 12,99$. Acheter en ligne.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] Meet Felicity – Valerie Tripp

Meet Felicity - Valerie Tripp (1ère édition)
Meet Felicity – Valerie Tripp (1ère édition)

Titre original : Meet Felicity, an American Girl.

Titre français :

Auteur : Valerie Tripp.

Editeur : Scholastic.

Publication originale : septembre 1992.

Pages : 69.

Prix : épuisé.

4ème de couverture : Faites la connaissance de Felicity Merriman, une fillette vive et intrépide qui vit à Williamsburg, en Virginie, en 1774, juste avant la Révolution Américaine. Elle manque souvent de patience pour les activités qu’on lui impose comme le broderie ou la calligraphie. En effet, elle préfère passer son temps auprès des chevaux et rêve de monter à califourchon. Felicty est donc très excitée lorsqu’elle apprend qu’un nouveau cheval vient d’arriver en ville. Mais le cheval en question appartient à Jiggy Nye, la cruel tanneur de peaux qui maltraite ses animaux. Felicity rend visite à la jument rousse qu’elle a décidé d’appeler Penny en cachette et lorsque la vie de Penny est en danger, Felicity sait qu’elle doit faire quelque chose.

slide3-021215

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas été hyper emballée par ce roman. Cela tient essentiellement au personnage de Felicity, personnage pour lequel j’ai du mal à éprouver de la sympathie. Même si elle a un bon fond et qu’au final elle prend les décisions qui lui semblent justes, cette gamine qui n’en fait qu’à sa tête m’agace au plus haut point.

Certes, je peux tout à fait comprendre son désir d’échapper aux contraintes imposées aux femmes à son époque, son manque d’intérêt pour les activités respectables qu’on souhaite la voir pratiquer mais ce désir d’émancipation, s’il est justifiable, n’excuse pas tous les comportements à mes yeux. J’ai trouvé Felicity entêtée et inconsciente du danger, égoïste aussi parfois (meme si je n’oublie pas qu’elle n’a que 9 ans).

Bref, entre Felicity et moi, ça n’a malheureusement pas du tout collé et je le regrette car j’aurai sincèrement aimé m’attacher à cette demoiselle et me sentir plus proche d’elle. J’espère que les tomes suivants me laisseront le temps de découvrir son caractère plus en profondeur et donc de la considérer avec un peu plus d’indulgence.

En revanche, un élément que j’ai adoré, c’est le mini-dossier historique, situé en fin d’ouvrage, qui nous permet d’en apprendre un petit peu plus sur la vie quotidienne dans les colonies en 1774. Textes, reproductions de tableaux et de gravures d’époque, photographies d’objets quotidiens… tout concourt à apporter des informations amusantes et simples à retenir sur l’époque. J’ai trouvé ces quelques pages vraiment très intéressantes et j’aime beaucoup ce concept de prolonger l’immersion historique entamée par le roman au moyen d’informations plus « scolaires ». Les deux supports se complètent bien.

Enfin, ce qui m’a plu c’est de découvrir que l’intrigue de ce roman a très fidèlement été reprise dans le film Felicity : une jeune fille indépendante. Le film va bien au-delà, en s’inspirant des tomes suivants, j’imagine, mais on y retrouve vraiment tous les éléments principaux de ce premier volume.

Felicity : film.

Rendez-vous sur Hellocoton !

[fiche] Autour de Grace Thomas…

Grace Thomas – GOTY 2015 ©American Girl

En 2015, le personnage de Grace Thomas a inspiré de nombreux produits dérivés culturels : livres, film, application mobile, site internet interactif… Tous ces éléments ou presque sont encore disponibles et n’ont pas été archivés en même temps que la poupée.

Les romans et nouvelles :

Trois romans et une nouvelle ont été publiés au cours de l’année 2015. Ils n’ont jamais été publiés en langue française mais peuvent facilement être commandés en version originale, dans n’importe quelle librairie anglophone en ligne. Les trois romans peuvent être achetés seuls ou sous forme de coffret.

Grace ©American Girl
Grace ©American Girl

Grace (Grace) : 

Les vacances d’été sont enfin arrivées et Grace sait déjà à quoi elle souhaite consacrer les siennes : créer un stand de pâtisserie avec ses deux meilleures amies.

Malheureusement, le projet de Grace tourne court lorsque sa maman lui apprend qu’elles partent toutes les deux à Paris, rendre visite à la tante de Grace, sur le point d’accoucher et très fatiguée par sa grossesse.

Si Grace est d’abord excitée à la perspective de ce voyage, elle va de déception en déception lorsqu’elle découvre qu’elle ne s’entend pas du tout avec sa cousine Sylvie, qu’elle a encore beaucoup à apprendre en matière de cuisine et enfin que ses amies ont mis en place son projet de stand de pâtisserie sans elle.

NB : ce livre était fourni avec la poupée Grace Thomas, tout au long de l’année 2015.

Infos : Grace, de Mary Casanova. Sorti le 1er janvier 2015. 200 pages (paperback). 9,99$. ISBN : 9781609588915. Acheter en ligne.

Grace Stirs It Up ©American Girl
Grace Stirs It Up ©American Girl

Grace se donne à fond (Grace Stirs It Up) :

Inspirée par la boulangerie de ses grands parents et son séjour à Paris, Grace décide de vendre des pâtisseries françaises à son tour.

Aidée de ses deux amies, elle met en place « La petite pâtisserie », un stand de confection et de vente de pâtisseries françaises qui fonctionne à l’occasion des divers événements organisés par son école.

Très vite, Grace et ses amies découvrent que créer un commerce n’est ni toujours facile ni toujours amusant.

Infos : Grace Stirs It Up, de Mary Casanova. Sorti le 1er janvier 2015. 184 pages (paperback). 9,99$. ISBN : 9781609588922. Acheter en ligne.

Grace Makes It Great ©American Girl
Grace Makes It Great ©American Girl

La réussite de Grace (Grace Makes It Great) :

Lorsque Grace apprend que la boulangerie de ses grands-parents risque de fermer après 30 ans d’activité, elle est dévastée.

Elle ne peut imaginer sa vie et son quartier sans la boulangerie. Et comment son propre stand de pâtisserie pourrait-il survivre quand le commerce l’ayant inspiré menace de fermer ?

Grace se demande alors si elle et ses amies peuvent changer le cours des choses et unir leurs talents pour sauver la boulangerie. Trois fillettes peuvent-elle y parvenir ? En tous cas, Grace est déterminée à essayer !

Infos : Grace Makes It Great, de Mary Casanova. Sorti le 21 mai 2015. 184 pages (paperback). 9,99$. ISBN : 9781609589516. Acheter en ligne.

Grace And Sylvie ©American Girl
Grace And Sylvie ©American Girl

Grace et Sylvie (Grace & Sylvie : a Recipe for Family) :

Le séjour improvisé de Grace à Paris n’a pas été source de changements que pour la jeune américaine.

Sylvie, sa cousine française a dû, elle aussi, s’adapter à cette visite inattendue et aux nombreux changements en cours et à venir dans sa famille.

Ce texte propose donc de redécouvrir le séjour parisien de Grace du point de vue de Sylvie.

NB : Cette nouvelle est disponible uniquement au format numérique.

Infos : Grace & Sylvie, de Susanna Reich. Sorti le 1er mars 2015. 44 pages (numérique). 2,99$.

Les kits d’activité :

Bon Voyage Stationery Set ©American Girl
Bon Voyage Stationery Set ©American Girl

Kit de correspondance « Bon Voyage » (Bon Voyage Stationery Set) : 

Ce set est composé d’une valisette en carton rouge, ornée d’un motif « Tour Eiffel » sur l’avant, dans laquelle prennent place dix cartes (cinq motifs différents), dix enveloppes, 3 planches d’autocollants pour décorer et sceller les enveloppes, un mini-bloc, un bloc de dix mini-cartes détachables, un bloc de papier à lettre ligné, et un petit carnet de notes.

Infos : Bon Voyage Stationery Set. 30$. Epuisé.

Baking with Grace ©American Girl
Baking with Grace ©American Girl

La pâtisserie avec Grace (Baking with Grace) :

Dans ce coffret, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour créer une véritable pâtisserie française miniature pour vos poupées : accessoires et idées de bricolages se succèdent au fil des pages.

Il contient : un livre d’instructions de 32 pages, un gant de cuisine pour poupée, deux sachets pour emballer le pain, deux sachets pour emballer les pâtisseries, un tableau noir, une planche d’autocollants, cinq planches d’accessoires en carton prédécoupés à assembler et cinq planches d’éléments de décor en papier.

Infos : Baking with Grace. 24,99$. Acheter en ligne.

Les jeux de construction :

Dans le cadre d’un partenariat avec le fabricant de jeux de construction Mega Bloks, la société American Girl a développé quelques sets autours de certains personnages populaires. Ainsi, deux sets ont été consacrés à Grace Thomas.

Grace 2-in-1 Buildable House ©American Girl et Mega Bloks
Grace 2-in-1 Buildable Home ©American Girl et Mega Bloks

Maison à construire 2 en 1 de Grace (Grace 2-in-1 Buildable Home) :

Ce set 2 en 1 permet de construire au choix : la maison de Grace ou bien sa chambre et sa pâtisserie.

Il comprend 4 figurines articulées : Grace, Maddie, Ella… et le chien Bonbon, un guide de montage, une histoire inédite et toutes les pièces et accessoires nécessaires pour construire au choix : une maison à étage ou bien une chambre et une pâtisserie.

Infos : Grace 2-in-1 Buildable Home, édité par Mega Bloks. 749 pièces. 69,99$.

Grace's Pastry Cart ©American Girl et Mega Bloks
Grace’s Pastry Cart ©American Girl et Mega Bloks

La pâtisserie de Grace (Grace’s Pastry Cart) :

Ce set comprend une figurine Grace Thomas articulée dans sa tenue de présentation, un livre d’activités et toutes les pièces et accessoires nécessaires pour construire son stand ambulant de pâtisserie.

Infos : Grace’s Pastry Cart, édité par Mega Bloks. 84 pièces. 9,99$.

Le site et l’application mobile :

Tout un univers digital a également été développé autour du personnage de Grace Thomas. On note ainsi un site internet rempli de propositions d’activités autour de la poupée, et une application mobile.

Le site officiel de Grace ©American Girl
Le site officiel de Grace ©American Girl

Le site officiel :

Décoré aux couleurs de Grace, on y trouve des extraits des romans, trois petits jeux d’adresse, de mémoire et de stratégie, des e-cards à envoyer à son entourage, des fonds d’écran à télécharger, des recettes à reproduire, un petit lexique pour apprendre quelques mots de français…

Visiter le site officiel consacré à Grace Thomas.

Grace Sweet Shop ©American Girl
Grace Sweet Shop ©American Girl

Les douceurs de Grace (Grace Sweet Shop) : 

Dans cette application disponible pour Apple et Android, le joueur est invité à touiller, étaler, cuire et décorer des desserts dans une pâtisserie française, tout comme le fait Grace.

Suivez les recettes données pour préparer des éclairs, des tartes et des macarons ou bien inventez vos propres pâtisseries.

Infos : Grace Sweet Shop, édité par American Girl Brand LLC. Sorti le 19 mars 2015. ~0,99$.

Le film :

Grace stirs up Succes
Grace Stirs Up Success ©American Girl

Grace, la meilleure pâtissière (Grace Stirs Up Success) :

Grace prévoit de passer les vacances d’été avec ses deux meilleures amies, à pâtisser. Cependant, ses plans tombent à l’eau lorsque ses parents lui annoncent qu’elle doit partir à Paris, chez son oncle et sa tante, eux-mêmes pâtissiers.

En effet, sa tante, très fatiguée par les derniers mois de sa grossesse a besoin d’aide à la maison… et à la pâtisserie. Voilà donc bien un rêve qui pourrait finalement se réaliser pour Grace. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu pour Grace qui a autant de mal à s’entendre avec sa cousine Sylvie, qu’à prouver à son oncle qu’elle est une excellente pâtissière.

La fillette persévère cependant et apprend, au cous de ce séjour parisien, des chose qui pourraient bien l’aider, une fois rentrée aux Etats-Unis, à sauver la boulangerie de ses grands-parents, menacée de fermeture.

NB : ce film a été diffusé en France sous le titre Grace, la meilleure pâtissière.

On peut également acheter la BO du film, disponible en CD et téléchargement MP3.

Infos : Grace Stirs Up Success, réalisé par Vince Marcello. Sorti le 9 juin 2015. 102 minutes. 9,95$ (DVD zone 1), 14,95 $ (combo Blu-Ray/DVD). Ma chronique.

Grace : poupée, tenues, accessoires, film

La page officielle consacrée à Grace Thomas

Rendez-vous sur Hellocoton !

[butin] Des livres et catalogues en série…

J’ai passé beaucoup de petites commandes sur ebay, ces derniers jours, et les voilà qui commencent à arriver !

On débute tout de suite avec un lot de trois livres assez anciens, livrés lundi matin : Changes for Samantha et Meet Felicity dans leur édition de 1992 ainsi que The American Girls Party Book, publié en 1998.

Si la livraison a été rapide, je suis malheureusement une fois de plus un peu déçue de l’état de ces livres présentés par le vendeur comme en « très bon état » : entre déchirures du dos et grosses taches d’humidité, on est assez loin du descriptif fourni… Heureusement, les pages intérieures sont en bien meilleur état que les couvertures, mais je pense que je vais arrêter là mes achats chez Worldofbooks…

photo ©American Girl France
photo ©American Girl France

Pour l’anecdote, ils m’ont été livrés au boulot, au milieu du courrier du jour. A la suite d’une petite erreur au centre de tri, le colis s’est retrouvé dans la boîte postale du boulot plutôt que dans la sacoche du facteur qui dessert mon quartier ! Un aléa de la vie de personnel logé…

Jeudi midi, nouvelle livraison de colis dans ma boîte aux lettres : 1 lot de livres et 1 catalogue commandés à quelques jours d’intervalle. Le catalogue date de mars 2015 ; on y retrouve donc Grace Thomas sous toutes ses coutures ainsi que plusieurs doubles pages consacrées aux poupées de la gamme BeForever, entre autres. Je vais passer des heures à le feuilleter.

Côté livre, il s’agit du roman The Cameo Necklace, a Cécile Mystery d’Evelyn Coleman publié en 2012 et du  guide The Feelings Book, écrit par le Dr. Lynda Madison et illustré par Norm Bendell, publié en 2002.

photo ©American Girl France
photo ©American Girl France

Cette fois, je suis enchantée par l’état des objets commandés : le catalogue est effectivement neuf et les livres sont vraiment en parfait état. Je me demande même si le roman n’est pas neuf lui aussi…

Enfin, ce midi, j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres trois nouveaux catalogues, respectivement datés de janvier 2016, novembre 2016 et janvier 2017.

photo ©American Girl France
photo ©American Girl France

C’est tout pour cette semaine ! Deux paquets devraient encore arriver dans les prochains jours, mais après ce sera sans doute le calme plat pour quelques temps. Bon week-end à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !

[top] Mes 3 films préférés

J’ai maintenant vu tous les films « American Girl » disponibles en DVD à ce jour. Il me reste encore à découvrir les films sur Melody et Maryellen diffusés sur Amazon Prime, mais ils ne sont pas accessibles depuis la France pour l’instant. Il y aurait bien un moyen de contourner le problème, mais cela me fatigue. Je m’y résoudrai si vraiment je ne peux pas faire autrement, mais pour l’instant, je n’en ai pas envie de m’embêter avec ça.

Anybref, j’ai donc vu tous les films disponibles, et il est temps de vous révéler les trois titres qui m’ont le plus plu !

1. Molly : une petite fille sur le front

Molly An American Girl on the Home Front ©American Girl
Molly : An American Girl on the Home Front ©American Girl

Sans aucune hésitation, ce dernier film visionné est mon favori, loin devant tous les autres.

Pourtant, entre Molly et moi, ça ne collait pas vraiment au départ : je trouvais la fillette capricieuse et pourrie-gâtée mais finalement elle change au fil des semaines et devient beaucoup plus sympathique. Emily, de son côté est vraiment adorable du début à la fin.

J’ai surtout vraiment adoré le fait que ce film nous montre le quotidien d’une famille américaine pendant la Seconde Guerre Mondiale. Si j’ai lu et visionné pas mal de documents et de fictions sur cette période de notre histoire, je ne savais vraiment rien sur la façon dont la société américaine avait été affectée par les événements et ce film m’a donné envie d’approfondir la question.

La chronique complète du film.

2. Samantha : An American Girl Holiday

Samantha : An American Girl Holliday ©American Girl
Samantha : An American Girl Holliday ©American Girl

Celui-ci n’est pas encore disponible en VF à ma connaissance, mais je l’ai vraiment beaucoup aimé aussi. Il est d’ailleurs très longtemps resté mon préféré.

J’ai  toujours eu un faible pour ces fictions historiques en costumes ; je ne pouvais qu’aimer celle-ci.

L’histoire, les personnages, l’ambiance… tout ma beaucoup plu. Samantha a un cœur d’or et  si elle désobéit parfois, c’est toujours pour faire ce qui lui semble juste. Ce qui fait qu’on ne lui en veut jamais bien longtemps. Quant à Nelly, elle est simplement adorable. Là encore, j’ai beaucoup aimé les aspects historiques abordés : le travail des enfants, la vie dans les orphelinats… et puis comment ne pas fondre devant une telle happy-end ?

La chronique complète du film.

3. Grace Stirs Up Success

Grace stirs up Succes
Grace Stirs Up Success ©American Girl

Là encore, ce film n’est pas disponible en VF à ma connaissance, mais il n’y a rien de surprenant à ce qu’il figure dans mon top 3, puisque Grace fait partie de mes poupées « Fille de l’année » préférées.

Malgré les clichés dont il regorge, deux éléments du thème de ce film m’ont conquise : Paris et la pâtisserie française, l’une comme l’autre, vues par les Américains.

Depuis toujours, j’adore regarder les gens cuisiner ou pâtisser (enfant, je regardai même en boucle une cassette vidéo de recettes de cuisine…) et de ce point de vue là, ce film m’a comblée.

La représentation qui est donnée de la France m’a aussi beaucoup amusée et c’est vraiment un film que je pense revoir régulièrement parce qu’il me met instantanément de bonne humeur.

La chronique complète du film.

Poursuivre la lecture : d’autres tops, tous les films « American Girl »

Rendez-vous sur Hellocoton !

[review] Molly : une petite fille sur le front – 2006

Molly An American Girl on the Home Front ©American Girl
Molly An American Girl on the Home Front ©American Girl

Titre original : Molly : An American Girl on the Home Front.

Titres français : Molly : une petite fille sur le front et Molly : une petite fille américaine.

Date de sortie : 26 novembre 2006.

Prix : 14,95 $ (DVD édition de luxe).

Durée : 85 minutes.

Réalisateur : Joyce Chopra.

Scénaristes : Anna Sandor, d’après les romans de Valérie Tripp.

Distribution : Maya Ritter (Molly McIntire), David Aaron Baker (Dr. James McIntire), Tory Green (Emily Bennett), Sarah Manninen (Charlotte Campbell), Genevieve Farrell (Jill McIntire), Andrew Chalmers (Richard « Ricky » McIntire), Molly Ringwald (Mrs. Helen McIntire), Hannah Fleming (Susan Shapiro), Samantha Somer Wilson (Linda Rinaldi), Josette Halpert (Alison Hargate), Sarah Orenstein (Gladys Gilford), Eliza Jane Scott (Ms. Lavonda), Amy Stewart (Aunt Eleanor), Mary Francis Moore (Ms. Littlefield), Elva Mai Hoover (Ms. Shaw), Geri Hall (Mrs. Taft), Bradley Reid (Billy Morgan), Joe Sacco (Lt. Tom Davies), Keith Knight (le Principal Stevens), Landon Norris (Tim Rutledge), Dana Gould (le présentateur du concours d’orthographe), Luke Muirhead (le livreur), Steve Carrey (le messager militaire), Cameron Lewis (Dwight Koloski), Jason Spevack (Jimmy), Alex Steel (Jane), Sean Wayne Doyle (le Chef de coeur), Thomas Brodie Sangster (un participant au concours d’orthographe), Kaleigh Howland (la journaliste), Bill Timoney (voix-off des actualités), Audrey Twitchell (voix-off) ainsi que les danseuses de claquettes : Hannah Cowie, Amanda Finelli, Roxanne Hummel, Stephanie Troyak, Morgan Mitchell, Jordana Mirsky, Chelsea Stowe, Natasha Crombie, Jerri-Lynne Smith.

Synopsis : La Seconde Guerre Mondiale bouleverse la vie de Molly, une jeune Américaine que la vie a toujours protégée jusque là. Son père s’engage comme médecin militaire et part à Londres, sa mère se met à travailler à l’extérieur de la maison et Emily, une petite Anglaise, vient s’installer dans sa famille pour échapper aux bombardements.

Emily a tout d’abord beaucoup de mal  à accepter ces changements et les petits sacrifices quotidiens qu’ils entraînent. Cependant, elle se lie peu à peu d’amitié avec Emily et découvre que même si l’on est une petite fille et que l’on vit loin du front, il est possible de participer à l’effort de guerre.

slide3-021215

Avec ce film, je boucle ma découverte des longs-métrages « American Girl » et c’est sur un immense coup de cœur que s’achève ce cycle de visionnages.

Dès les premières images j’étais conquise : un album photo s’ouvre et nous plongeons dans la première photographie qui s’anime. J’aime beaucoup ce procédé qui me rappelle un peu la façon dont débutaient les tous premiers « Walt Disney ».

J’ai surtout aimé ce film pour son thème et plus particulièrement le point de vue adopté par la scénariste et l’auteure des romans dont elle s’est inspirée. J’ai vraiment trouvé cela passionnant de découvrir le quotidien des familles américaines durant la Seconde Guerre Mondiale. Si de par mes lectures et visionnages précédents ou mes discussions avec ma grand-mère, je savais plus ou moins ce qu’avait pu être le quotidien des français entre restrictions, couvre-feu, rafles, exode et bombardements et si je connaissais bien entendu le rôle joué par l’armée américaine dans le conflit, je n’avais curieusement jamais imaginé que les civils américains avaient eu aussi vu leur quotidien bouleversé.

Or ce film nous montre tout cela et ce qui est intéressant c’est de voir que finalement malgré quelques différences culturelles (les concours de danse, les cours de claquettes à l’école, l’enseignement mixte…), on trouve de nombreux points communs avec le quotidien français de la même époque : la diffusion des actualités au cinéma, les femmes qui qui remplacent les hommes dans les usines, permettant ainsi au pays de continuer à vivre et ramenant un salaire à la maison, les hommes qui partent et ne reviennent pas toujours, la crainte de voir sonner le messager militaire à sa porte, les pénuries et restrictions, les sirènes et le confinement, les choux rèbes et autres « légumes de guerre »… J’ai vraiment été captivée par cet aspect du film.

Du côté des personnages, maintenant, autant Emily, la jeune réfugiée anglaise (rousse, of course!), est super craquante du début à la fin, autant entre Molly et moi, ça n’a pas toujours été le grand amour…

Alors que je trouvais intéressant de découvrir un personnage physiquement assez différent des autres héroïnes American Girl : tout en angles et en longueur, un peu gauche et sans grâce, la demoiselle m’a vite agacée de par son caractère et ses réactions.

Très longtemps gâtée et surprotégée, la fillette se révèle capricieuse et butée lorsqu’il s’agit de faire le moindre effort ou de changer la plus petite de ses habitudes. Et il va en falloir du temps et de la patience à sa famille et à Mrs Gilford, une voisine veuve qui vient s’occuper des enfants McIntire quand leur mère travaille, avant que Molly ne commence à prendre sur elle !

Heureusement, au fil des mois, Molly gagne en maturité et comprend qu’elle doit faire des efforts, qu’elle n’est finalement pas si mal lotie que cela et que pour mériter le rôle de Miss Victory, il ne suffit pas d’être la meilleure danseuse de la classe ; il faut aussi avoir la bonne attitude !

Enfin, un détail amusant pour les collectionneurs : en cadeau de Noël 43, Molly reçoit une poupée européenne. Je n’ai pas eu le temps de la voir en détail, mais la poupée en question m’a parue bien moderne pour l’époque et bien luxueuse pour venir d’un continent en guerre où l’on manquait de tout et où les poupées étaient alors fabriquées avec les moyens du bord : papier mâché, bois… à l’image de celle-ci.

Bref, malgré le petit anachronisme soulevé en fin de billet, j’ai eu un gros, gros coup de cœur pour ce film que j’ai hâte de revoir !

Les autres films : Samantha, Felicity, Kit, Chrissa, McKenna, Saige, Isabelle, Grace, Lea.

Rendez-vous sur Hellocoton !