[review] Meet Felicity – Valerie Tripp

Meet Felicity - Valerie Tripp (1ère édition)
Meet Felicity – Valerie Tripp (1ère édition)

Titre original : Meet Felicity, an American Girl.

Titre français :

Auteur : Valerie Tripp.

Editeur : Scholastic.

Publication originale : septembre 1992.

Pages : 69.

Prix : épuisé.

4ème de couverture : Faites la connaissance de Felicity Merriman, une fillette vive et intrépide qui vit à Williamsburg, en Virginie, en 1774, juste avant la Révolution Américaine. Elle manque souvent de patience pour les activités qu’on lui impose comme le broderie ou la calligraphie. En effet, elle préfère passer son temps auprès des chevaux et rêve de monter à califourchon. Felicty est donc très excitée lorsqu’elle apprend qu’un nouveau cheval vient d’arriver en ville. Mais le cheval en question appartient à Jiggy Nye, la cruel tanneur de peaux qui maltraite ses animaux. Felicity rend visite à la jument rousse qu’elle a décidé d’appeler Penny en cachette et lorsque la vie de Penny est en danger, Felicity sait qu’elle doit faire quelque chose.

slide3-021215

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas été hyper emballée par ce roman. Cela tient essentiellement au personnage de Felicity, personnage pour lequel j’ai du mal à éprouver de la sympathie. Même si elle a un bon fond et qu’au final elle prend les décisions qui lui semblent justes, cette gamine qui n’en fait qu’à sa tête m’agace au plus haut point.

Certes, je peux tout à fait comprendre son désir d’échapper aux contraintes imposées aux femmes à son époque, son manque d’intérêt pour les activités respectables qu’on souhaite la voir pratiquer mais ce désir d’émancipation, s’il est justifiable, n’excuse pas tous les comportements à mes yeux. J’ai trouvé Felicity entêtée et inconsciente du danger, égoïste aussi parfois (meme si je n’oublie pas qu’elle n’a que 9 ans).

Bref, entre Felicity et moi, ça n’a malheureusement pas du tout collé et je le regrette car j’aurai sincèrement aimé m’attacher à cette demoiselle et me sentir plus proche d’elle. J’espère que les tomes suivants me laisseront le temps de découvrir son caractère plus en profondeur et donc de la considérer avec un peu plus d’indulgence.

En revanche, un élément que j’ai adoré, c’est le mini-dossier historique, situé en fin d’ouvrage, qui nous permet d’en apprendre un petit peu plus sur la vie quotidienne dans les colonies en 1774. Textes, reproductions de tableaux et de gravures d’époque, photographies d’objets quotidiens… tout concourt à apporter des informations amusantes et simples à retenir sur l’époque. J’ai trouvé ces quelques pages vraiment très intéressantes et j’aime beaucoup ce concept de prolonger l’immersion historique entamée par le roman au moyen d’informations plus « scolaires ». Les deux supports se complètent bien.

Enfin, ce qui m’a plu c’est de découvrir que l’intrigue de ce roman a très fidèlement été reprise dans le film Felicity : une jeune fille indépendante. Le film va bien au-delà, en s’inspirant des tomes suivants, j’imagine, mais on y retrouve vraiment tous les éléments principaux de ce premier volume.

Felicity : film.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Un p'tit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s